Archives de
Catégorie : Information

Calcul de la marge brute pour une meilleure rentabilité

Calcul de la marge brute pour une meilleure rentabilité

Surveiller la marge brute de vos ventes assure une meilleure rentabilité à votre entreprise. La seule analyse de l’évolution du chiffre d’affaires ne suffit pas à connaître l’état de santé de votre société. Mais de quoi parle-t-on ?

 Marge brute (ou marge commerciale)

La marge commerciale est en fait la différence entre le prix de vente d’un produit et son prix d’achat. Elle doit être positive car il est interdit de vendre à perte selon le code du commerce (articles L442-2 et -5).

Elle vous permet de pouvoir estimer la rentabilité d’une future affaire ou d’un projet. Il est stratégique de la calculer au moment de la réalisation du devis en anticipant le risque d’une demande de remise de votre client. Une fois que le devis est accepté, il est trop tard pour agir !

Principe de calcul :

  • Marge commerciale : Prix de vente HT – Prix d’achats HT
  • Marge commerciale dans un devis : Total des ventes HT – Total des achats HT

Exemple : je vends un article 100 € alors que je l’achète 70 € ht auprès de mon fournisseur. La marge brute ou marge commerciale est de 30 € ht.

Le taux de marge

Le taux de marge est un ratio  :

Taux de marge : Marge Brute HT / Coût d’achat HT (x 100 pour l’exprimer en pourcentage)

Exemple avec l’exemple précédent : 30 (Marge brute) /70 (Coût d’achat) = 0,43 soit 43%.

Le taux de marge doit être comparé aux taux constatés dans votre domaine d’activité pour pouvoir être pertinent. Votre expert-comptable dispose d’informations à ce sujet. N’hésitez-pas à le solliciter.

Quelques exemples de taux de marge par métier : Habillement 43%, Boulangerie pâtisserie : 71%, Opticiens 60%, Menuiserie 61%, Peinture 80%

Le taux de marque

Cet indicateur est généralement moins employé que le taux de marge.

Taux de marque : Marge Brute HT / Prix de vente HT (x 100 pour l’exprimer en pourcentage)

Marge nette

La marge commerciale et le taux de marge permettent de contrôler rapidement pour un devis ou une commande si l’on ne travaille pas à perte (avec une marge de 0 € ou négative), ou bien que l’on se situe dans les usages de la profession.

Des prix de ventes trop hauts risquent de vous priver de futures commandes. Inversement des achats mal négociés vont forcément vous amener un taux de marge faible.

Seules la marge nette et l’analyse du résultat de votre entreprise vous garantissent la pérennité de votre entreprise. Ces derniers prennent en compte vos coûts de structure, de marketing, de gestion, de traitement, de logistique etc… L’analyse de la marge nette nécessite un travail plus approfondi de vos coûts et de leur ventilation dans le temps.

D’autres indicateurs de marge peuvent être employés selon l’activité considérée :

  • Marge nette commerciale : Marge brute – Frais de gestion commerciale (charges de personnel, coûts marketing…)
  • Marge industrielle : Marge brute – Coût directs de fabrication des produits
  • Marge logistique : Marge brute – Coût d’approvisionnement, de stockage, de manutention…

La marge nette de votre entreprise sera probablement un mixte des différentes approches. Il convient de définir quels sont les coûts liés à votre activité pour les déduire de votre chiffre d’affaires.


SalenGo vous fournit tous les rapports disponibles pour le calcul de vos différentes marges. Ceci inclus une visibilité ‘temps réel’ lors de la création de vos factures.

 

 

102 total views, 0 views today

La facture électronique obligatoire dès 2017

La facture électronique obligatoire dès 2017

Par obligation règlementaire, les factures seront électroniques à partir de janvier 2017. Plusieurs textes complémentaires ont été votés.

L’état montre l’exemple. Dans le cadre de la stratégie européenne pour le numérique, la directive européenne relative à la facturation électronique dans les marchés publics de 2014 relaie l’obligation de la facture électronique dans la sphère publique.

L’obligation faite à l’Etat d’accepter les factures électroniques est élargie aux collectivités territoriales et à tous les établissements publics à compter du 1er janvier 2017.D’ici 2020, toutes les factures entre l’Etat et ses fournisseurs seront dématérialisées. Le législateur souhaite que d’ici 2020, le dispositif soit généralisé à l’ensemble des établissements publics et des collectivités territoriales. Pour atteindre cet objectif, l’état impose un calendrier ambitieux :

Calendrier d’obligation de facturation électronique

L’ordonnance du 26 juin 2014 définit le calendrier d’obligation de facturation électronique pour les émetteurs de factures à destination de l’Etat, des collectivités territoriales et de leurs établissements publics respectifs :

  • 1er janvier 2017 : obligation pour les grandes entreprises et les personnes publiques ;
  • 1er janvier 2018 : obligation pour les entreprises de taille intermédiaire ;
  • 1er janvier 2019 : obligation pour les petites et moyennes entreprises ;
  • 1er janvier 2020 : obligation pour les micros entreprises.

De façon complémentaire, la LOI n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite loi Macron, prévoit une obligation pour les entreprises d’accepter les factures électroniques entre les entreprises du secteur privé suivant le même calendrier.

Avantages de la facturation électronique

La dématérialisation ne doit pas être vécue comme une contrainte, car elle offre plusieurs avantages :

  • Réduction des coûts : diminution de l’utilisation du papier, suppression des coûts de traitement des envois
  • Meilleure productivité : le personnel pourra se consacrer davantage à d’autres tâches à plus forte valeur ajoutée
  • Gain de temps
  • Meilleur respect de la législation
  • Valeur probante des documents transmis
  • Paiements sécurisés
  • Respect de l’environnement
  • Nouvelles opportunités pour les sociétés de dématérialisation.

66 total views, 0 views today